Vous êtes ici

Hinterland à Poussan

...ou comment, après la côte, bétonner l'arrière-pays héraultais
Non, nous ne sommes pas dans le territoire du Grand Port de Marseille. Juste à Poussan, une charmante petite ville languedocienne, ou les habitants et la nature bénéficient déjà directement de la proximité de l’Autoroute 9, avec ses denses nœuds routiers, et prochainement d’une ligne TGV, sans station. Et pourtant, c’est bien à Poussan que le Conseil Régional et la Direction Régionale de l’Equipement Languedoc-Roussillon ont désigné 105 ha de terres à vocations agricoles, où la nature murmure encore, pour créer une plate-forme logistique en arrière du Port de Sète. Voudrait-on rendre la Salamandre l’environnement des poussanais et riverains de Thau encore plus envahi de camions d’import-export alors qu’on peine déjà à y respirer et à y entendre ? Voudrait-on nier le risque de pollutions accidentelles et condamner Thau et sa crique de l’Angle en s’implantant dans le lit majeur de la Vène (la rivière « sortant d’un gouffre » en occitan, 20 m3/s en crue). Les sètois veulent-ils que la zone de captage d’eau potable de la source d’Issanka, en aval, soit baignée d’hydrocarbures ? Peut-on juger que le projet n’aura pas d’impact sur les trois zones proches classées au titre de Natura 2000 pour la faune, la flore ou les habitats qui les occupent ? Et tout ça, suite à un simple accord de la mairie de Poussan passé sans consultation des populations locales. Tout ça sans évaluer les impacts sur l’environnement comme l’exige la loi. Et avec comme seul argument la création d’un nombre pharaonique de 1600 emplois, sans garantie, mais sans inquiétude pour les activités conchylicoles, de pêche lagunaire, de tourisme et de thermalisme de Thau. AcNaT LR en conformité avec ses statuts s’oppose fermement au projet d’Hinterland à Poussan et soutient le Collectif « NON HINTERLAND ». Nous vous invitons à signer leur pétition en ligne. http://www.nonhinterland.org/

Users haven't viewed anything yet.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer