Vous êtes ici

Abandon du projet de parc à singes à Teyran

Sur le thème des aménagements touristiques nous nous sommes opposés cette année au projet de parc à singes Magots sur la commune de Teyran. Il s'agissait d'un projet de parc animalier de 15 ha dédié aux singes Magots dans une forêt communale. Ce projet jouait sur des arguments émotionnels (réintroduction des Magots dans leur milieu d'origine) mais se révélait avant tout être un projet de parc de loisirs, qui prévoyait pas moins de 200 000 visiteurs par an. L'aspect conservation des Magots était très peu approfondi, avec en particulier le non-sens de réaliser un parc à vocation de réintroduction de
l'autre côté de la Méditerranée au lieu de le réaliser sur place, en prenant soin de l'intégrer au contexte socio- environnemental local. Il était prévu de l'implanter dans une zone de forêt moyennement intéressante sur le plan des espèces et milieux présents (plantations) mais néanmoins importante par sa rareté dans un contexte périurbain à fort développement. Par ailleurs, ce projet n'était pas accepté par
une grande partie de la population Singe Magot teyrannaise mais faisait l'objet d'appuis politiques évidents. Nous sommes intervenus suite à sollicitation de l'association La Garrigue au Coeur, avant tout pour des raisons de principe, concernant : (1) le non-sens écologique et la malhonnêteté intellectuelle de prétendre sauvegarder une espèce par un projet aussi mal conçu sur le plan conservatoire, (2) une étude d'impact manifestement baclée, (3) le décalage entre l'opposition massive des habitants et leur capacité à se faire entendre par leurs élus (plus de 1000 participations à l'enquête publique, 758 avis défavorables sur 192 favorables, une pétition ayant réuni environ 2000 signatures dont plus de 1600 teyrannais) Notre intervention a cherché à souligner et expliciter les insuffisances de l'étude d'impact sur le plan naturaliste.
ACNAT a participé à l'enquête publique sous forme d'un courrier remis au commissaire enquêteur et envoyé en copie à la DREAL et au préfet (consultable sur demande). Le 4 juillet, le commissaire enquêteur a rendu un avis négatif sur le projet. Le 19 août, sans attendre le CODERST, le projet a été abandonné par son promoteur et la mairie de Teyran, pour ne pas perdre la face. Loin de nous approprier cette victoire, ce projet a montré le rôle de soutien que nous pouvions avoir pour des collectifs locaux qui sont parfois démunis pour juger de la qualité des études d'impact. Ici, le débat public a été particulièrement houleux mais le dénouement a finalement donné raison à notre engagement.

Users haven't viewed anything yet.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer