Vous êtes ici

LPOmelas

[article issu du Cynorrhodon n°2 de mai 2012]

Depuis plusieurs années, la Ligue de Protection des Oiseaux (LPO) accompagne l'implantation des éoliennes sur le Causse d'Aumelas à travers des relations tarifées avec EDF Energies Nouvelles. En effet, la délégation du département de l'Hérault est en charge, depuis sa création, de mesurer l'impact des éoliennes sur ce petit plateau calcaire situé à quelques encablures de la capitale du département.

La LPO agit depuis sa création (en 1912), pour la sauvegarde de la biodiversité, et plus particulièrement de la protection des oiseaux. Sa relation avec son mandataire a ici glissé vers une relation bénéfique aux deux structures. L'association est aujourd'hui très active grâce à l'appui financier d'EDF EN orchestré par son responsable environnement, ex-directeur de cette même structure à but non lucratif.

Cette mécanique bien rodée, qui joue gagnant-gagnant, s'est trouvée désemparée lorsque la surveillance du parc éolien a mis en évidence un impact que chacun aurait souhaité éviter. Deux Faucons Crécerellette ont été trouvés morts au pied de ces éoliennes en septembre 2011. Tellement désemparés que le commanditaire et le prestataire, également prompts à communiquer sur leurs actions environnementales, sont restés très discrets sur cet évènement.

Ce rapace qui fait l'objet de toutes les attentions de la LPO Hérault depuis qu'il a failli disparaître de France et qui par ailleurs en réalise la réintroduction dans le département voisin, se trouve aujourd'hui menacé par l'activité la plus rémunératrice pour l'association. L'image de la société privatisée pourrait également être écornée autant par ses méthodes de rétention de l'information, dignes de son secteur nucléaire, que par la mort de deux petits rapaces emblématiques du sud de la France.

C'est ainsi que malgré les engagements d'EDF de démanteler les éoliennes qui détruiraient des espèces protégées, et malgré l'objet de la Ligue pour la Protection des Oiseaux, les faits sont étouffés. Quand l'association à but non lucratif n'est pas propriétaire des informations qu'elle détient et que son commanditaire ne souhaite pas en faire publicité, la règle du silence prévaut et les intérêts financiers sont bien protégés. Les énergies nouvelles auraient-elles appris du grand frère nucléaire qu'il est préférable de maîtriser l'information ? Ainsi, si les études préalables à l'installation d'éoliennes sont consultables au cours des enquêtes publiques (le public est toutefois restreint), les résultats du suivi des sites sur lesquels des éoliennes fonctionnent sont rarement publiés en France. Il en est ainsi pour la mise en évidence du décantonnement d'un couple d'aigles dans l'Aude il y a quelques années, et aujourd'hui pour des cas de mortalité dont l'information ne circule que dans des cercles très restreints. A consulter la bibliographie disponible, on croirait presque que les impacts négatifs de ce genre d'installations n'ont lieu qu'en Espagne ou aux USA…

Pioupiou & al.

Users haven't viewed anything yet.

Theme by Danetsoft and Danang Probo Sayekti inspired by Maksimer